mardi 18 septembre 2018

PRIMAVERA DE POQUER

(Publié initialement le 10/09/2018)
Depuis six mois, Français et Espagnols mondiaux s’affrontent à nouveau aux tables de poker, rejoint ensuite par les Portugais. Si Pokerstars a très largement et durablement tiré profit du partage des liquidités, Partypoker s’est joint à la fête début juin. Les chiffres de fréquentation s’affolent à nouveau, mais la tendance est-elle si favorable ? Décryptage de rapports trimestriels.

Côté DGOJ, l’ARJEL espagnol, le sourire est de mise. En partageant sa liquidité, le marché espagnol a vu son Produit Brut des Jeux du poker bondir au premier semestre de 38.27%, dépassant 40 millions d’euros. Si les deux segments de poker affichent de fortes hausses, le Cash Game progresse bien moins que les tournois / SnGs : +26,5% contre 46,37% ! Avec un chiffre d’affaires de 19,4 millions d’euros d’avril à juin, l’Espagne enregistre le meilleur second semestre de son histoire, le précédent record remontant à 2013 avec 16,4M€ ! Ce partage tient donc toutes ses promesses.
Enfin presque … Au second trimestre 2018, la progression du PBJ total poker a notablement ralenti : 34,78% contre 41 ;59% au trimestre précédent. Cela ne laisse que peu de doutes sur l’impact marginal du partage de la plateforme Partypoker, lancé en juin, laissant craindre un tassement rapide de l’effet partage avec un Pokerstars qui a assis son hégémonie.
Quel que soit le segment de jeu, le chiffre d’affaires poker croît plus vite que les mises d’environ 15%. L’Espagne ressemble donc à un eldorado … pour les opérateurs. Ou plutôt pour un opérateur : cette tendance s’explique tout particulièrement par la stratégie des coffres Pokerstars qui augemente fortement sa marge et l’harmonisation du rake avec la France. Enfin, les données du DGOJ montre que le poids du poker dans le mix produit des jeux en ligne ibérique est en baisse d’un demi-point de janvier à juin, se maintenant difficilement au-dessus des … 12% du chiffre d’affaires global. De quoi faire réfléchir une communauté poker quant au poids du produit dans les stratégies ‘multicanal’ des rooms.


Laissons néanmoins les Espagnols apprécier ces bons résultats. Côté ARJEL, le DGOJ français, le sourire est plus crispé. Le PBJ a progressé au deuxième trimestre de … 2% pour atteindre 60 millions d’euros, malgré un Cash Game en recul de 2% pour des mises en hausse de 9%, le rake ayant baissé pour nous Français chez Pokerstars lors du partage des liquidités. Les Jackpot SnG permettent de contrebalancer cette tendance (+9% pour le segment ‘tournois’) mais on voit bien que le Cash Game, s’il reste un format actuel pour les joueurs, est un jeu du passé pour le marché.
Rendez-vous au prochain trimestre pour confirmer ou infirmer ces tendances !


soxav

Sources : DGOJ, ARJEL, StAAkers


Vous aimez cet article ? Faites le savoir autour de vous !
twitter @soxavby